cgb.fr
Contactez-nous pour toute information sur l argent
Acheter/Vendre
FAQ
Informations sur l'argent
newsletter
Contactez-nous
-

Retrouvez CGB à la Bourse aux monnaies d'Aix-Les-Bains dimanche 24 juin


La maison CGB Numismatique Paris sera représentée ce dimanche 24 juin 2018 par Joël Cornu et Nicolas Parisot lors de la 33e édition de la bourse aux monnaies d'Aix-Les-Bains. Comme chaque année, la bourse aux Monnaies organisée par le Club numismatique d’Aix-Les-Bains se tiendra dans le cadre prestigieux du Casino Grand Cercle, Salon Lamartine. Le salon ouvrira ses portes au public de 9h00 à 17h00, l'entrée est gratuite....
Lire l'article complet
-

Comment investir dans l'Or et l'Argent Métal avec CGB ?


CGB Numismatique Paris organise 52 eauctions, 16 Live et Internet Auction en plus des nombreuses mises à jour hebdomadaires tout au long de l'année... Malgré cela, notre clientèle nous faisait régulièrement remarquer qu'il nous manquait une corde à notre arc! A savoir que nous ne proposions plus rien en terme d'investissement OR/ARGENT... Les collectionneurs habitués aux monnaies sonnantes et trébuchantes ...
Lire l'article complet
-

Visualiser l'argent !


Signalé par Philippe Théret, un site graphique qui aide à visualiser les réalités économiques en les convertissant dans des supports visuels. Ici, pour visualiser l'argent métal du monde, du lingotin d'un gramme à tout ce qui a été extrait, tout ce qui a été perdu et au peu qui reste disponible... un petit bonhomme donne l'échelle humaine. Exemple ...
Lire l'article complet
-

D'excellents résumés sur l'argent métal : 3


De la même manière que notre Bulletin Numismatique 110 regroupait en français toutes les informations utiles pour se faire une opinion sur l'argent, visualcapitalist.com , cliquez pour aller sur la page d'accueil de leur site, propose une série de trois pdf largement illustrés de schémas sur le 'silver'. Certes c'est en anglais mais l'infographie utilisée clarifie tellement le propos que même avec un bagage d'anglophone scolaire, on tire quand même des idées. Aujourd'hui, nous vous
Lire l'article complet
-

D'excellents résumés sur l'argent métal : 2


De la même manière que notre Bulletin Numismatique 110 regroupait en français toutes les informations utiles pour se faire une opinion sur l'argent, visualcapitalist.com , cliquez pour aller sur la page d'accueil de leur site, propose une série de trois pdf largement illustrés de schémas sur le 'silver'. Certes c'est en anglais mais l'infographie utilisée clarifie tellement le propos que même avec un bagage d'anglophone scolaire, on tire quand même des idées. Aujourd'hui, nous vous
Lire l'article complet
-

D'excellents résumés sur l'argent métal : 1


De la même manière que notre Bulletin Numismatique 110 regroupait en français toutes les informations utiles pour se faire une opinion sur l'argent, visualcapitalist.com , cliquez pour aller sur la page d'accueil de leur site, propose une série de trois pdf largement illustrés de schémas sur le 'silver'. Certes c'est en anglais mais l'infographie utilisée clarifie tellement le propos que même avec un bagage d'anglophone scolaire, on tire quand même des idées. Aujourd'hui, nous vous ...
Lire l'article complet
-

La ruée vers l'argent !


Relevé sur le blog des Amis de l'Euro, cliquez pour le visiter, une nouvelle impressionnante : la Monnaie d'Autriche annonce avoir vendu, sur les trois dernières années, 41 millions de pièces d'une once d'argent au type du Philarmonique. Cela fait 1271 tonnes !!! Cliquez pour voir leur communiqué. En France, ces monnaies sont frappées d'une TVA  de 19,6% comme étant des produits neufs de la même manière que les monnaies non circulantes de la Monnaie de Paris ! Heureusement
Lire l'article complet
-

Énorme argumentaire pour l'argent et contre l'or


Nous avons nos raisons de préférer l'argent à l'or : ce sont des raisonnements de numismates, habitués à penser en siècles, à intégrer l'humain et le politique en sus de la froide rationalité des chiffres, à supputer les Cygnes Noirs, cliquez si vous en connaissez pas cette théorie. Si vous découvrez complètement le concept ne manquez pas le livre éponyme, jubilatoire quand on sait qu'il fut publié en 2007, fut un succès de librairie... et que la crise, imprévue de tous les ...
Lire l'article complet
-

À valeur égale, 95 fois plus volumineux !


Un lecteur attentif du BN110, spécial argent, nous fait remarque que si l'or, en valeur, est actuellement égal à 52 fois sa masse en argent, en volume, c'est encore pire ! L'argent est 95 fois plus volumineux que l'or (à valeur égale). Exemple: 10000€ permettent d'acheter 0,2298 kg (1,2 centilitre ou 11,9 cm3) d'or ou 11,947 kg d'argent (1,13 litres) Mais la densité est respectivement de 19,3 et 10,5. 52 x 19,3/10,5 = 95,6, à montant de l'investissement égal l'argent est 95 ...
Lire l'article complet
-

L'argent métal précieux


Il y a vraiment des tendances de fond qui se manifestent par des coincidences : sur l'argent métal, la parution de notre numéro spécial de 36 pages, cliquez pour le télécharger, consacré à l'argent métal tombe au même moment qu'un article grand public sur le même sujet, cliquez pour le lire. L'article est très court, très financier, alors que le BN est très historique et numismatique mais la conclusion est la même : le potentiel de l'argent est bien plus important que celui de ...
Lire l'article complet
-

Les frères Hunt et l'argent : article passionnant !!


Surtout, ne pas manquer, sur www.geopolintel.fr , un article de fond sur la spéculation globale (acheter tout l'argent du monde) des Frères Hunt. Plein de chiffres et de retournements de situation, un thriller ! Cliquez pour le lire.
Lire l'article complet
-

LE PARCOURS DE L’ARGENT-MÉTAL SUR CES TRENTE DERNIÈRES ANNÉES


Texte publié en Juin 2006 sur le site cgb.fr :   À la fin des années 1970, deux riches texans, héritiers d’un père qui avait gagné un milliard de dollars dans le pétrole, décidèrent de multiplier cette fortune sans trop d’efforts... L’idée de départ était simple : utiliser le marché des futures (voir BN015, page 11 et 12) et en exploiter la faiblesse principale : sa déconnexion de la réalité physique. Rappelons les bases : le marché des futures sert à aider les
Lire l'article complet
-

argent.fr : CONSTRUIRE LE VRAI PRIX DE L'ARGENT PHYSIQUE


argent.fr est un projet radicalement nouveau : définir le prix d'une valeur réelle en dehors de toute influence de la spéculation financière.
 
Note : nous utiliserons l'expression « prix écran » pour désigner le prix international de l'argent virtuel tel que diffusé sur l'internet par les agences d'information financière. A contrario, l'expression « prix réel » s'appliquera à celui de pièces d'argent matérielles.
 
Depuis quelques mois, l'argent a perdu 30% de sa valeur : pourquoi ?
Le prix de 1000 euros le kilo était-il justifié par de vrais acheteurs ou gonflé hors de proportion par des achats spéculatifs d'argent virtuel, uniquement « papier » ?
Le prix de 700 euros le kilo est-il justifié car aucun acheteur de veut payer plus cher ou est-il déprimé par des spéculations financières à la baisse (des banques vendent à terme par millions d'onces du métal dont elles n'ont pas le premier lingot ? Oui, c'est légal, c'est le monde des banksters). pour ce mot voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_Pecora
 
argent.fr veut tester dans le réel le prix de l'argent métal hors spéculations : ceux qui achèteront de l'argent le feront ici et maintenant, et règleront la totalité de leur achat. Ceux qui vendront le feront ici et maintenant et apporteront physiquement ce qu'ils vendent en étant réglés immédiatement pour la totalité.
 
Quelle est la différence entre la spéculation moralement licite et celle purement financière et déconnectée du réel ?
 
Lorsque l'on achète un bien réel, on souhaite évidemment le payer un prix juste au moment de l'achat en espérant que le prix soit plus élevé au moment où on le revendra.
 
La bonne question est donc de comprendre ce qui détermine un prix : pourquoi quelqu'un va-t-il être prêt à payer dans le futur plus cher que ce qu'il aurait payé quelques mois ou années avant mais qu'il n'a pas acheté à l'époque ?
Réfléchissons en général sur le cas d'une matière première, quelle qu'elle soit.
 
Les causes objectives de la hausse d'un prix
- de nouveaux usages ont été découverts ou développés qui permettent d'économiser ou de réaliser un profit en utilisant cette matière première.
- des usages déjà connus prennent de l'ampleur car l'économie se développe
- la quantité disponible diminue pour une ou des raisons objectives.
 
Les causes subjectives
- on achète aujourd'hui car on pense que des causes objectives de hausse vont apparaitre demain.
- on achète pour préserver son pouvoir d'achat car on pense que le prix de cette matière première va au moins suivre l'inflation.
 
Nous avons vu que, dans le cas de l'argent, toute ces conditions objectives étaient apparemment plus ou moins réunies.
 
Mais, dans le cas de l'argent comme dans celui de toutes les matières premières, il y a un autre élément constitutif du prix qui joue au point d'être pratiquement déterminant : la spéculation virtuelle, c'est à dire sans support physique.
 
Les spéculateurs jouent, à la hausse comme à la baisse. En effet, si l'on parie qu'un prix va descendre et que l'on a raison, on va gagner autant d'argent que si l'on avait parié avec raison que le prix allait augmenter.
Spéculer, de speculos, miroir, c'est se mettre à la place d'autrui pour imaginer ce qu'il va faire, ce qu'il va désirer, ce dont il va avoir besoin... et acheter ou vendre en conséquence.
 
Quel est l'outil de ces spéculateurs ? Les marchés à terme.
 
Comme tous les chemins vers l'enfer, celui-ci fut, à l'époque de sa mise en place, pavé de bonnes intentions.
L'idée était de pouvoir vendre à l'avance une récolte ou un produit que l'on n'avait pas encore à quelqu'un qui allait en avoir besoin dans le futur. Ainsi, le prix de vente pour l'un et d'achat pour l'autre étaient garantis. Cela rendait possible une exploitation raisonnable d'une plantation, d'une mine, voire d'une opération commerciale d'importation.
Il est clair qu'un agriculteur se lançant dans une nouvelle culture a tout intérêt de se garantir à l'avance contre les baisses et prix, de la même manière que l'industriel acheteur de la récolte à intérêt à se prémunir conte les hausses.
En convenant d'avance d'un prix qui leur convient à tous les deux, ils s'assurent un bénéfice raisonnable et ne prennent pas le risque d'un gain ou d'une perte importants.
L'agriculteur s'engage à livrer sa récolte dans le délai nécessaire à la faire pousser et l'industriel s'engage à l'acheter quand elle sera livrée. C'est la raison pour laquelle cet outil financier s'appelle le marché à terme.
Comment ce prix à terme est-il calculé ? C'est le prix actuel du produit plus le taux d'intérêt en vigueur appliqué à la durée prévue.
 
Quand ce chemin vertueux est-il devenu vicieux ?
 
Quand sur le marché à terme sont venus s'adjoindre à l'agriculteur et à l'industriel des gens qui n'étaient ni l'un ni l'autre mais qui voulaient purement spéculer.
Le mécanisme est simplissime : un spéculateur disposant d'un petit capital et convaincu que le prix d'un produit coté sur le marché à terme va grimper cherche et trouve une autre personne convaincue du contraire. Pour ce faire il passe par un intermédiaire dont c'est la spécialité, un broker,en français courtier.
Le premier s'engage à acheter, par exemple dans trois mois, une certaine quantité de ce produit et l'autre s'engage à la lui vendre. Bien entendu, ni l'un ni l'autre n'ont la moindre intention de concrétiser effectivement l'opération, ni l'un de produire ni l'autre d'utiliser...
 
Les trois mois passés, le prix de la matière choisie a augmenté.
Celui qui avait fait ce choix s'est donc engagé à acheter... au prix d'il y a trois mois plus les intérêts. L'autre doit lui vendre à ce prix mais pour pouvoir le vendre il doit acheter le produit sur le marché, bien plus cher (le prix a augmenté) qu'il ne va le revendre. Il perd donc ce que l'autre va gagner en revendant immédiatement ce qu'il a acheté mais qu'il n'a jamais eu aucune intention d'utiliser.
Dans la réalité, il n'y a d'ailleurs ni achat ni vente mais un calcul de la perte et du gain et le versement de la somme. Nous sommes dans un pur casino. Que fait la Commission des Jeux ?
 
Détail qui multiplie l'importance des spéculateurs sur le prix d'un produit, l'effet de levier.
Comme ni l'un ni l'autre des spéculateurs n'a la moindre intention de prendre effectivement possession de ce qu'il achète ni l'autre de produire ce qu'il va vendre, il va s'engager pour beaucoup plus que l'argent dont il dispose. Souvent quinze à vingt fois plus : il ne verse usuellement que 5% de la valeur de ce qu'il s'engage à acheter ou vendre. Il verse cette somme au courtier qui gère l'opération et en a la responsabilité. Le courtier surveille le cours et vérifie que la somme reçue correspond toujours à au moins 5% du total engagé.
 
Prenons un exemple.
Un acheteur dispose de 1000 euros et le kilo d'argent vaut mille euros. S'il achète en physique, sur argent.fr par exemple, il va acheter un kilo.
Au bout de trois mois, si le prix a augmenté de 10%, en imaginant qu'il n'y ait ni taxes ni frais, il vend et empoche 10% soit 100 euros.
Au bout de trois mois, si le prix a diminué de 10%, en imaginant qu'il n'y ait ni taxes ni frais, il vend et a perdu 10% soit 100 euros.
 
Un spéculateur dispose de 1000 euros et le kilo d'argent vaut mille euros. S'il spécule sur le marché à terme auprès d'un courtier, les 1000 euros dont il dispose représentent 5% de ce qu'il va pouvoir s'engager d'acheter ou de vendre à terme ; il va donc s'engager sur vingt kilos. (Vingt kilos à 1000 euros pièce, 20.000 euros. 5% de 20.000 euros : 1000 euros, ce dont il dispose).
 
Au bout de trois mois, si le prix aaugmenté de 10%, en imaginant qu'il n'y ait ni taxes ni frais, il vend ses 20 kilos à 1.100 et empoche 22.000 euros ; il rembourse l'achat au prix initial soit 20.000 et empoche deux mille euros : il a doublé son capital. Bien entendu, dans cette situation idyllique, le courtier ne lui a rien demandé pendant les trois mois puisqu'il n'y a jamais eu de risque de perte.
 
Au bout de trois mois,si le prix diminué de 10%, en imaginant qu'il n'y ait ni taxes ni frais, la situation du spéculateur est devenue catastrophique.
Dès que le cours a commencé de baisser, fusse simplement pour passer de 1000 euros le kilo à 999 euros le kilo, le courtier a demandé de l'argent pour couvrir la perte potentielle, en plus des 1000 euros déjà versés, il a fait un « appel de marge ».
Celui-ci n'est de presque rien, vingt fois la perte potentielle par kilo, donc vingt euros. Nous pouvons imaginer que notre spéculateur peut trouver les 20 euros et qu'il les règle au courtier.
Mais la baisse continue. Nous tombons brutalement à 990 euros le kilo et le courtier réclame donc vingt fois (il y a vingt kilos d'engagement) la perte potentielle entre 999 et 990 : 180 euros.
Notre spéculateur ne les a pas, il va lui falloir les emprunter ailleurs... sinon le courtier liquide son contrat et le vend sans attendre les trois mois. C'est cette mécanique qui cause parfois des mouvements très violents des cours « écrans » : de nombreux spéculateurs sont obligés de liquider à perte tous ensemble des positions identiques : un effet « boule de neige » est garanti faute d'un nombre suffisant d'acheteurs en face du flot de vendeurs.
Considérons la fin du jeu et que le spéculateur arrive à emprunter des fonds pour couvrir tous les appels de marge qui vont se succéder jusqu'au cours de 900 euros par kilo, 10% plus bas que le départ.
Ses vingt kilos vont être vendus 18000 euros, il va solder l'achat qu'il en a fait à 20.000 euros (le cours d'il y a trois mois) et il aura perdu deux fois son capital initial puisqu'il lui faut encore rembourser ce qu'il a emprunté pour couvrir les appels de marge.
Là où l'on rentre dans le tragique c'est qu'il a toujours la possibilité de « faire rouler » son engagement de vingt kilos payés 1000 euros le kilo pour trois nouveaux mois en espérant se refaire : il peut toujours espérer que les cours vont remonter.
 
Petite note : vous remarquerez que tout se passe exactement comme dans un casino avec les joueurs pathologiques qui espèrent toujours serefaire.
 
S'il choisit de fairerouler, et que le cours remonte de 900 à 1000, son prix d'achat, hors taxes et frais, il s'en tire . Si le cours monte au delà de 1000, champagne !
Mais si le cours continue de baisser, il arrivera un moment où plus personne ne lui prêtera d'argent, où il ne pourra pas couvrir ses appels de marge et où le courtier liquidera son contrat. La spéculation sur les marchés à terme est une méthode rapide et efficace pour se ruiner.
N'hésitez pas à lire l'excellent « Le Sucre » de Georges Conchon, qui raconte une histoire vraie, celle de la spéculation sur le sucre, en France dans les années 1970.
 
Impact de la spéculation sur les prix
 
Grâce à l'effet de levier qui permet de s'engager sur vingt fois ce que l'on peut payer, les spéculateurs se sont imposés en masse sur les marchés à terme.
Selon les estimations, les matières traitées et les périodes, on considère que les spéculateurs (ceux qui ne vont pas prendre livraison de la matière première achetée et sont uniquement là pour parier) représentent entre 95 et 99% de toutes les opérations. En pratique ce sont eux qui déterminent les prix, c'est ainsi que le prix du blé a quintuplé, jetant dans la mal-nutrition deux cent millions de squelettes supplémentaires qui n'ont plus les moyens d'en acheter.
Mais ce sont aussi les spéculateurs qui font tomber en dessous du raisonnable, du coût de production, les prix de certaines matières premières, particulièrement agricoles, ruinant les producteurs.
Pour le spéculateur, il faut que cela bouge : quelque soit le sens, à la hausse ou à la baisse, il peut toujours gagner.
 
Non seulement les spéculateurs sont tout-puissants sur les marchés mais ils disposent de sommes illimitées par le truchement des banques qui spéculent pour leur propre compte avec les fonds qui ne vont pas aux entreprises.
Le problème principal est que les modes de pensée et les objectifs du spéculateur sont aux antipodes de ceux des acheteurs et vendeurs réels.
Les acheteurs et vendeurs réels recherchent avant tout la stabilité des prix et la certitude de s'approvisionner pour les uns et de vendre pour les autres à des prix raisonnables et certains.
Les spéculateurs ne rêvent que d'une chose, que tout bouge dans n'importe quel sens mais qu'il y ait du mouvement : sans mouvements, pas de profits (pas de pertes non plus, mais dans le mental d'un joueur c'est toujours celui d'en face qui perd, comme à la guerre c'est toujours le soldat d'à côté qui va se faire tuer).
 
argent.fr va tenter d'établir des prix réels pour l'argent physique sous forme de pièces
 
Argent.fr est organisé pour supprimer complètement la possibilité de spéculation ruineuse : on achète vraiment de vraies pièces que l'on paye avec des vrais virements et dont on peut prendre livraison. On ne peut pas acheter au-delà de ses propres possibilités.
 
Bien entendu, le prix écran est le plancher du prix de vente sur argent.fr : c'est le prix auquel un fondeur va traiter pour les très grosses quantités ; personne n'a donc intérêt à vendre en dessous.
 
Notre pari est qu'il se trouvera de nombreux acheteurs pour vouloir acquérir des vraies pièces d'argent et de les garder par souci de sécurité. Aujourd'hui, à part chasser l'opportunité sur e-bay, Delcampe ou le bon coin (avec les aléas en tout genre que cela implique) il n'est pratiquement pas possible d'acheter des pièces d'argent.
argent.fr crée la possibilité de le faire sans risques et en ligne : de nombreux acheteurs devraient apparaître, qui préfèreront l'argent à l'or.
 
Bien entendu, nous pouvons nous tromper, les pièces d'argent peuvent n'intéresser personne. Dans ce cas, aucune perte potentielle pour quiconque autre que les variations de cours car les prix resteront simplement au plancher : le prix écran.
En revanche, s'il se trouve effectivement plus d'acheteurs de pièces réelles que de pièces disponibles au prix écran, le prix des pièces d'argent se détachera du théorique de l'écran et le spièces acquerront une prime comme le napoléon de bourse a une prime par rapport au lingot.
Ceux qui auront acheté bénéficieront donc d'un double effet ascensionnel : celui que l'on peut espérer du métal lui-même (donc du prix écran) et celui de la prime qui ira probablement grandissant si de nombreux acheteurs se manifestent. Au pire, le prix réel restera identique au prix écran.
 
Les prix des pièces disponibles sur argent.fr dépendront de leur disponibilité réelle : plus la quantité de pièces demandée par un client sera importante, plus il paiera cher au kilo. En effet, les pièces ne s'impriment pas comme des billets de banque, il faut les réunir et c'est un vrai travail. Il est donc logique que celui qui achète 100 kilos de pièces paye, au kilo, plus cher que celui qui n'en prend qu'un seul !
 
Nous pensons que tout le monde a intérêt, ne serait-ce que par recherche de la sécurité d'avoir un peu d'argent réel chez soi, de détenir au moins quelques kilos de la pièce d'argent à la plus faible prime, la 5 francs Semeuse. Aujourd'hui, cela représente un peu plus de 750 euros par kilo. Demain ?
 
Sans vouloir comparer ce qui n'est pas comparable, la dernière fois que nous avons tenu un tel discours, c'était en 2004 dans la rubrique OR de cgb.fr.
L'idée était à l'époque qu'il serait judicieux d'acquérir deux cent napoléons et de les garder chez soi, par souci de sécurité. Le cours du napoléon de bourse clapotait alors vers soixante euros. Nous expliquions qu'avec deux cent napoléons, soit douze mille euros à l'époque, on disposait d'un pouvoir d'achat réel suffisant pour passer la durée d'une guerre.
Au pire, si les années à venir ne voyaient aucune raison que le cours de l'or augmente, il serait toujours possible de revendre : c'était une assurance dont on pouvait récupérer la prime !
Ceux qui ont suivi ce conseil à l'époque n'ont vraiment pas eu à le regretter. Encore moins ceux qui en ont acheté plus de deux cents !
 
L'avenir n'est écrit nulle part : autant donc ne pas avoir tous ses œufs dans le même panier.
 
Quelques kilos de pièces d'argent sont une diversification peu coûteuse, facile et rassurante. Réfléchissez-y !
-

ARGENT : QUE FAIRE ?


Nos économies modernes reposent toutes sur un système monétaire fiduciaire où la valeur de l’instrument financier repose sur la confiance (fides en latin) du public alors même que la matière qui en est le support  a une valeur nettement plus faible que la valeur  faciale  qui  lui  est  associée  voire quasi nulle (monnaie scripturale de votre compte bancaire). La confiance dans la puissance émettrice est  essentielle  sinon  le ...
Lire l'article complet
-

Information or et argent sur cgb.fr


Bonjour Nous avons régulièrement des demandes sur nos disponibilités au comptoir de pièces d'or à des prix proches du poids du métal contenu. Ces demandes émanant de personnes très différentes, nous avons choisi de créer une nouvelle liste de diffusion à partir de la liste des lecteurs du Bulletin Numismatique. Bien évidemment, si l'or ne vous intéresse en aucun cas, vous avez juste à ...
Lire l'article complet

CGB Numismatique Paris - 36,rue Vivienne - F-75002 PARIS - FRANCE - tel : 01-40-26-42-97 mail: contact@argent.fr
Mentions légales - Copyright ©1996-2018 - cgb.fr - Tous droits réservés

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

x